Sans titre 1.jpg
Sans titre 1.jpg
Selim3©_Margaux_Shore.JPG
Selim3©_Margaux_Shore.JPG
10330304_10152210180061559_3655886893425505225_n.jpg
10330304_10152210180061559_3655886893425505225_n.jpg
4945125.jpg
4945125.jpg
4142621_selim_640x280.jpg
4142621_selim_640x280.jpg
463856_367582663264089_1604816044_o.jpg
463856_367582663264089_1604816044_o.jpg
10330304_10152210180061559_3655886893425505225_n.jpg
10330304_10152210180061559_3655886893425505225_n.jpg
381715_311849878837368_837256015_n.jpg
381715_311849878837368_837256015_n.jpg
25142_113722418650116_7557484_n.jpg
25142_113722418650116_7557484_n.jpg

SELIM

 

Lorsqu’on lui demande de décrire son style, Selim répond « rock pour l’énergie, psychédélique pour la rêverie poétique, électronique pour la technologie, pop pour les Beatles, français pour les racines… »

 

À la ville, Selim s’appelle Joseph Chedid : une famille, un nom, une vie musicale : un héritage comme un trésor, mais pas seulement, une obligation d’exigence aussi, et de différence.

 

Selim sort son premier album presque seul, aux commandes de tous les instruments, après avoir collaboré avec beaucoup d’artistes (Arthur H, Thierry Stremler, -M-, Chat, Nach, Luce, Mathieu Boogaerts). Il opte pour une boulimie de directions : guitare, clavier, batterie, choeur, chansons, arrangements, production…« tout ou rien » grâce auquel sa couleur musicale se distingue.

 

En interprétant une chanson à un proche, Selim, submergé par une émotion nouvelle, découvre véritablement le timbre de sa voix. Ce léger «déraillement» agit comme un tournant, une audace, un choix. À une époque où la perfection est la règle, ce genre « d’incident de parcours » aurait du être forcément gommé.

 

Lui, décide au contraire, de préserver cet aveu de vulnérabilité et d’assumer pleinement ce qu’il est. Il joue de presque tous les instruments et choisit de garder les prises dans leur intégralité. Aucune coupe de montage ni sur les instruments ni sur les voix ne sera faite pour ce premier album. Chaque prise est unique et cette fragilité qui laisse passer les failles et les imperfections fait de Selim un artiste unique et libre surtout.

 

Des chansons intimes et singulières – dix en tout – écrites et composées au fil des dernières années, hors des sentiers battus. Hymnes à la joie d’être homme plutôt que machine, échos d’un rock comme on aimerait en entendre plus souvent (Le temps s’est levé, Comme des chats), fait d’humain (Marianne), d’humour (Paranoïa) et de sincérité (Ôde aux envies).

 

Chaque exemplaire de « Maison Rock » est unique avec une couverture tracée main, illustrée et signée par Selim, dessins et dessein singuliers, à l’image d’un artiste au détail près.