1381170_746323848727408_909446246_n.jpg
1381170_746323848727408_909446246_n.jpg
1507996_808797062480086_1677546633_n.jpg
1507996_808797062480086_1677546633_n.jpg
1836701_802903183069474_2123842428_o.jpg
1836701_802903183069474_2123842428_o.jpg
1898091_814969388529520_1922576320_n.jpg
1898091_814969388529520_1922576320_n.jpg
1618597_812116895481436_2144008283_n.jpg
1618597_812116895481436_2144008283_n.jpg
1902062_814969321862860_1945110904_n.jpg
1902062_814969321862860_1945110904_n.jpg
1606996_809813745711751_965735567_n.jpg
1606996_809813745711751_965735567_n.jpg
avatars-000076702507-e3n3ge-t500x500.jpg
avatars-000076702507-e3n3ge-t500x500.jpg
1512433_777024622323997_1361305885_n.jpg
1512433_777024622323997_1361305885_n.jpg

DESTIN

 

« Quelques fois, sur la pente raide qui mène à l’ennui, on trouve pourtant, perdu dans la masse, un groupe prophétique dont les bras virevoltent avec l’énergie du désespoir dans le grand bassin vide, de l’écriture avec pleins et déliés qui réduit au néant tous les soupirs. Du superlatif, bien sûr, quoi d’autre, des tartes dans la gueule, un oratorio d’opérette pour émouvoir le chaland, quoi, un micro enfoncé dans ton rectum pour te remettre les idées en place ? Quoi d’autre, bordel, pour arriver à parvenir à (te) faire comprendre que Destin est le groupe que j’attendais depuis des lustres » (GONZAÏ)