BADEN BADEN

 


En 2008, Eric a des idées plein la tête, et se lance à la recherche de musiciens pour l’accompagner. Le bouche à oreille fonctionnant, c’est à Paris qu’il croisera la route de ses futurs partenaires de jeu. Très vite, des affinités musicales émergent. Cette même année, ils s’embarquent alors dans l’aventure, une excursion imaginaire qui les mènera à Baden Baden. Car ce drôle de nom est d’abord celui d’une ville, station thermale nichée dans les vallées allemandes. Pourtant, aucun d’eux n’y a jamais mis les pieds. Alors pourquoi s’être baptisés ainsi ? Dans « Baden Baden », c’est la sonorité qui les a d’abord conquis, comme une idylle musicale

De là naîtra une ville imaginaire, énigmatique. Les musiciens s’y sont construit leur propre cité, ils l’ont rêvée, aménagée selon leurs envies, leurs émois musicaux. Dès lors, chacun pourra fantasmer ce qu’il voudra de Baden Baden. Eric lui, y a ancré les récits de son père qui y a grandi. Entre coïncidence et nostalgie…

Le leitmotiv des membres du groupe : capturer des émotions, constituer un puzzle, dessiner des arrangements, suivre son intuition, construire et reconstruire ses premières esquisses. En studio, chacun apporte ses boucles, ses accords, ses rythmes et ses excentricités mélodieuses. De ce travail minutieux mené à l’instinct, naîtra enfin une douzaine de morceaux.

Leurs influences sont larges mais la signature Baden Baden n’en est pas moins cohérente : une pop folk contemplative, une joyeuse mélancolie, une invitation à la vie, la vraie. Car ce que Baden Baden vous offre, c’est un album voué à l’émerveillement, des pistes de lecture pour décupler ses propres émotions, une bande-son pour votre vie, tournée en super 8.

Sur scène, le trio devient quatuor. Clément (à la basse et aux chœurs) rejoint Eric, Julien et Gabriel pour une invitation au grand large. Vous y verrez des artistes imprégnés d’émotion, d’une simplicité décoiffante.